Le nom de domaine

Le nom de domaine est la partie centrale de l’adresse Internet saisie dans le navigateur. Elle est constituée de plusieurs éléments :

le préfixe : « http:// »
la racine : monsite
l’extension : .com, .fr, .org,…

Le nom de domaine est composé de la racine et de l’extension, « monsite.com », et l’adresse Internet correspond au nom de domaine précédé par les trois W signifiant World Wide Web, « www.monsite.com ».

Comment choisir un nom ?

Il existe deux manières pour choisir le type de nom de domaine souhaité :

>> en utilisant le nom de la marque ou de l’entreprise :

C’est le cas le plus courant. Beaucoup d’internautes, plutôt que d’utiliser les moteurs de recherche, tapent directement dans la barre d’adresse du navigateur le nom de la marque ou de l’entreprise. Le risque de ne pas posséder ces noms est celui de perdre de nombreux visiteurs. Attention quand même, si un seul des caractères tapés est erroné alors l’internaute peut arriver sur un site qui n’a rien à voir, ou même sur celui d’un concurrent. Sinon, il sera conduit vers une page d’erreur.

>> en utilisant les mots clé importants :

Le nom du site peut aussi décrire le produit ou le service à mettre en avant. Par exemple pour un site d’immobilier sur Paris, il est intéressant d’avoir comme adresse www.immobilier75.com.
Les visiteurs identifient immédiatement l’activité de l’entreprise et où elle se situe ce qui peut faire gagner quelques visites.
C’est pratique dans le cas où le nom de domaine que vous vouliez est déjà pris. c’est plus rapide et moins coûteux que d’essayer de le récupérer.

Quelles extensions faut-il choisir ?

.fr : C’est l’extension officielle française. Il faut être géographiquement situé sur le territoire français, et être identifiable en ligne sur les bases de données des greffes, de l’INPI et de l’INSEE pour enregistrer le nom de son choix sur .fr.

.com : C’est l’extension internationale. Elle concerne d’abord les sites à vocation commerciale. Elle est la plus vendue dans le monde.

.eu : C’est l’extension officielle des pays de l’Union de Européenne. Elle est ouverte à toute personne justifiant d’une adresse valide dans l’un des pays membres.

.org : A l’origine prévue pour les sites d’association ou d’organisation, elle est désormais généralisée.

.net : Extension pour les sites à vocation informatique, elle est de plus en plus utilisée.

.info : Elle désigne les sites d’information mais peut s’utiliser pour tous les types de sites.

.biz : Abréviation de « business », cette extension a été créée pour les entreprises, le commerce et les affaires.

.be (Belgique), .ch (Suisse), .es (Espagne), .uk (Royaume-Uni) : Pensez aux noms de domaine des autres pays francophone comme la Belgique ou la Suisse. Si votre entreprise a une portée internationale ou même européenne, n’oubliez pas de réserver également les noms de domaine des pays ou vous êtes présent. Vous pourrez y mettre les versions de votre site dans les différentes langues.

Quelques règles à respecter

>> Eviter les noms de domaine trop long.

Dans l’idéal, il doit être composé de 1 ou 2 mots (soit environ dix à quinze caractères) séparés par un trait d’union. La séparation met en évidence les mots clés qui compose le nom. La mémorisation est facilitée. S’il doit faire plus, privilégiez l’écriture sous forme d’une phrase courte et facile à mémoriser (type « quiestlemoinscher.com » ou « commentcamarche.net»).
De plus, un nom ne peut dépasser les 63 caractères (ce qui est déjà beaucoup).

>> Il doit être composé de caractères autorisés.

Les lettres de A à Z, que ce soit des majuscules ou des minuscules, mais en excluant les accents.
Les chiffres de 0 à 9
Le trait d’union (”-”)

Comment acheter et protéger son nom de domaine ?

>> Acquérir son nom

Pour acheter un nom de domaine, il faut faire la démarche en ligne auprès d’un registar. C’est un organisme qui est chargé d’attribuer et de gérer les noms de domaine. Ce sont des sites comme :
Gandi, Network Solutions, Nom-Domaine.fr, OVH.

Il est préférable de s’adresser à un registar qui soit agréé par l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) pour s’assurer une qualité de service. Le plus souvent le registar fournit une offre complète comprenant le nom de domaine et l’hébergement (comme OVH). C’est alors le prestataire qui se charge des démarches pour acquérir le nom de domaine au nom de son client.
N’attendez pas que le site soit créé pour réserver le nom de domaine et les extensions. Le dépôt peut se faire au nom du gérant pour être transféré par la suite sous le nom de l’entreprise.

Il est facile de vérifier si un nom de domaine est disponible auprès des registars. Grâce à ces sites, il est aussi possible de connaître les noms et coordonnées du propriétaire ainsi que la date d’expiration d’un nom de domaine indisponible.

Les noms de domaine ne sont que des droits de location, ils sont à renouveler tous les ans, tous les deux ans, trois ans ou même dix ans. Tout dépend de la durée du droit de location du nom.
Quand le contrat arrive à son terme, le registar est supposé vous prévenir par e-mail. Il faut donc une adresse mail valide qui soit régulièrement consultée. Il est souvent plus simple de laisser la gestion de votre nom de domaine au prestataire. Ils disposent d’adresses mail valides, et se chargeront du renouvellement de votre nom de domaine. Ainsi vous n’aurez plus à vous inquiéter de la date de fin de contrat, et vous éviterez de vous faire piquer votre nom.

>> Protéger son nom

Réserver toutes les extensions les plus courantes a plusieurs avantages pour une entreprise.

  • Eviter que cela concorde avec un autre domaine au nom similaire.
  • Permet de ne pas perdre les clients qui auraient saisi une mauvaise adresse.
  • Evite d’être victime du « domain parking », qui consiste à rediriger des noms de domaine inutilisés vers des pages de liens publicitaires.

Un nom de domaine est un droit de propriété. Il peut donc être déposer auprès des instances spécifiques, sans pour autant disposé d’un site web sous ce nom. C’est ce que l’on nomme le cybersquatting.

Cette pratique consiste à acheter les noms de domaine qui pourraient intéresser beaucoup d’acheteurs, pour les revendre ensuite au plus offrant. Réserver un nom de domaine générique ne coûte qu’environ 50€ pour deux ans, d’où une explosion de ces pratiques. En 2007 l’OMPI (l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) a recensé 2156 plaintes pour cybersquatting.

Pour assurer une protection optimale et éviter le cybersquatting, la meilleure solution pour l’entreprise est de déposer sa marque ou le nom de son entreprise à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle).

Dans le cas où elle serait victime de cybersquatting, plusieurs issues sont possibles :

  • Régler le litige à l’amiable par une transaction financière.
  • Par la procédure de médiation UDRP (Uniform Domain Name Dispute Resolution Policy) : l’affaire est alors soumise à l’arbitrage de l’OMPI.
  • Par procédure judiciaire, en déposant une plainte au tribunal, mais il faut que les deux parties soient dans le même pays.

2 Responses to “Le nom de domaine”

  1. [...] Nom de domaine : le type de nom de domaine voulu (.fr/.com/.net/…). C’est au prestataire de l’acheter pour son client, ou de [...]

  2. [...] projet, c’est aussi le moment de définir son nom de domaine. Choisissez en un simple, court, facile à mémoriser et à [...]